Les membres

Personnes visées

Notre organisme offre des services aux personnes de la région des Laurentides vivant avec un traumatisme craniocérébral modéré ou sévère, et aux adultes autonomes vivant avec un handicap physique.

Nous offrons des services aux personnes handicapées adultes, et à leurs proches, seulement lorsque, dans leur région, elles n’ont pas accès à des services reliés à leur condition.

Les services aux personnes traumatisées crâniennes, et leurs proches, sont offerts sans limite d’âge.

Devenir membre

Pour bénéficier des services offerts par le CAPTCHPL, la personne ayant un traumatisme craniocérébral, modéré ou sévère, ou un handicap physique doit devenir membre.

Critères d’admissibilité

Traumatisme craniocérébral (TCC) :

  • Avoir subi un traumatisme craniocérébral reconnu médicalement (modéré ou sévère) ;
  • Faire partie de la famille, ou être un proche, d’une personne traumatisée craniocérébrale ;
  • Vivre dans la région des Laurentides.

Handicap physique :

  • Vivre avec un handicap physique ;
  • Être âgé de 18 ans et plus ;
  • Être autonome ;
  • Faire partie de la famille, ou être un proche, d’une personne handicapée physique ;
  • Vivre dans la région des Laurentides ;
  • Ne pas avoir accès, dans sa région, à des services reliés à sa condition.

Processus d’admissibilité

Premier appel

Lors d’un premier appel pour demande d’informations ou de services, la personne est invitée à laisser ses coordonnées. Le délai de retour d’appels est de 72 heures.
N

Évaluation

La personne est ensuite référée à un(e) intervenant(e) pour évaluer ses besoins et répondre à ses questions.

Rencontre

Afin de compléter le dossier, l’intervenant(e) procède à une rencontre d’accueil. La personne doit être accompagnée d’un proche, ou d’un(e) intervenant(e), pour la rencontre.

 Également, ces documents seront remplis :  

  • admission générale / renseignements généraux ;
  • fiche d’inscription ;
  • demande d’autorisation pour échange de renseignement (au besoin) ;
  • demande d’autorisation pour la prise de photos.

* Un rapport médical pourrait vous être demandé au besoin.

Pour plus d’informations sur le processus d’accueil ou pour obtenir plus d’information quant à votre admissibilité, veuillez communiquer avec nous au 450-431-3437 ou 1 888 431-3437.

Qu’est-ce qu’un traumatisme craniocérébral ?

Le TCC est un traumatisme causant une destruction/dysfonction du système nerveux central intracrânien. Il est occasionné par un choc à la tête.

Les personnes TCC peuvent être atteintes de diverses séquelles, dépendamment de la gravité du traumatisme, de son âge et de ses antécédents. Les victimes peuvent ne pas avoir conscience des séquelles qui nuisent à leurs activités quotidiennes. Les séquelles sont permanentes et ce, à vie. Elles peuvent être physiques, cognitives, affectives, neuropsychologiques. L’ensemble de ces séquelles peut modifier la personnalité de la personne traumatisée et nuire à ses habiletés sociales et ses relations avec son entourage. Les séquelles peuvent engendrer des conséquences au plan familial, social, professionnel et sur l’estime de soi des victimes.

 

 

Le TCC est classé en 3 catégories selon son degré de gravité :

TCC léger

Souvent nommé « commotion cérébrale », il n’induit ni coma, ni saignement du cerveau. Il y a souvent une perte de conscience, une déconnection du cerveau pendant ce laps de temps. Les effets sont censés s’estomper en 2 à 4 semaines.

TCC modéré

Il est caractérisé par un coma de courte durée et des saignements du cerveau visibles au scan. Les effets sont plus sérieux et durables que pour un TCC léger.

TCC sévère/grave

Le coma est ici plus profond et les séquelles plus significatives.

Les séquelles d’un TCC

Les personnes TCC peuvent être atteintes de diverses séquelles, dépendamment de la gravité du traumatisme, de son âge et de ses antécédents. Les victimes peuvent ne pas avoir conscience des séquelles qui nuisent à leurs activités quotidiennes.

Les séquelles sont permanentes, et ce à vie.  

Elles peuvent être physiques, cognitives, affectives, neuropsychologiques.

L’ensemble de ces séquelles peut modifier la personnalité de la personne traumatisée et nuire à ses habiletés sociales et ses relations avec son entourage. Les séquelles peuvent engendrer des conséquences au plan familial, social, professionnel et sur l’estime de soi des victimes.

 

TCC léger

Ce sont des symptômes plutôt que des séquelles puisqu’ils disparaissent avec le temps.

 

  • Plus grande fatigue ;
  • Perturbation du sommeil (réveils fréquents, insomnie, augmentation de la durée ou du besoin de sommeil, etc.) ;
  • Maux de tête ;
  • Baisse d’appétit ;
  • Trouble d’équilibre ;
  • Étourdissements, vertiges ;
  • Nausées ;
  • Hypersensibilité au bruit et à la lumière ;
  • Anxiété ;
  • Humeur changeante ;
  • Tristesse, envie fréquente de pleurer ;
  • Irritabilité ;
  • Intolérance à la frustration ;
  • Difficulté d’attention et de concentration ;
  • Ralentissement psychomoteur (être au ralenti ou se sentir au ralenti) ;
  • Fatigabilité à l’effort mental ;
  • Difficulté de mémoire.

TCC modéré/sévère

en plus des séquelles du TCC léger
 

 

  • Amnésie (rétrograde ou antérograde) et autres problèmes mnésiques ;
  • Syndrôme post-commotionnel (maux de tête, fatigue, amnésie variable, difficultés de concentration, étourdissements, dépression, anxiété et apathie ou euphorie) ;
  • Altération possible des sens (surtout l’odorat, parfois le goût et l’ouïe) ;
  • Pertes motrices, spasticité, rigidité musculaire ;
  • Troubles d’équilibre et de coordination (tremblements, ataxie, etc.) ;
  • Aphasie ;
  • Crises d’épilepsie ;
  • Dysfonctionnement des nerfs crâniens pouvant entraîner, entre autres, des troubles de la vision.

Source : connexiontccqc.ca